Hervé Peyrard
Hervé Peyrard en duo

 


On traverse des lieux, des états, des sensations, des périodes,...
On traverse nos vies en essayant, le plus souvent possible, d’être traversé par la beauté des choses, la beauté des gens, l’infinie richesse du monde.
Ce sont les traces des ces traversées qui m’intéressent. Comme l’enquêteur ou le médecin légiste, j’aime reconstituer les histoires à partir de fragments. De quoi était faite la vie qui a laissé ces empreintes, ces rayures ? De cette quête, naissent alors des fictions, des personnages, des chansons.
Ces nouvelles chansons, ces traces de traversées, ont bien souvent la forme de virages, comme les rides sur un visage. Elles rendent compte de changements, de bouleversements, de départs, de souvenirs,…
Il n’y a rien de droit dans le vivant - c’est bancal, c’est inattendu, c’est fait de
bosses et de creux, c’est mal rangé - et musicalement parlant, pour illustrer cette complexité, j’avais le désir diffus d’une dimension nouvelle.
C’est le piano de Teddy Gauliat-Pitois qui a répondu à cette envie. Grâce à un travail harmonique poussé et à la qualité de son jeu, il a insufflé dans les arrangements des couleurs très personnelles et très originales. Associé à la rythmique de la guitare, le piano raconte les chansons plus qu’il ne les accompagne. Les deux instruments acoustiques entrent en résonance et créent cette profondeur, cette dimension supplémentaire à laquelle je rêvais, comme une ligne d’horizon subliminale sur laquelle la voix vient se poser.

Ecouter

Télécharger

Dossier de presse